AL CAPONE

Chicago ! La ville près des grands lacs est très connue que ce soit pour son vent qui souffle sans jamais s’arrêter (Windy City), ses très nombreux abattoirs ou encore sa fameuse équipe de basket (les Bulls). Mais ce qui rend la cité du nord des Etats-Unis réellement légendaire, c’est son histoire avec les gangsters et la mafia !

Sans rentrer dans une biographie d’un des plus grands Gangster Américain, qui inspira des films, comme Les Incorruptibles, voilà un petit résumé de la vie d’Alphonso (Alphonse) « Al » Capone aka Scarface.

Al Capone, dit Scarface « la cicatrice »

La troisième plus grande métropole des Etats-Unis, s’est fait la spécialité dans le 20e siècle, d’accueillir les bandits et les malfrats en tout genre jusqu’à devenir la capitale du crime au pays de l’Oncle Sam. Meurtres irrésolus, trafic d’armes, règlements de compte, prostitutution, paris truqués, vente clandestine d’alcool… Tout y passait en cette période de prohibition. Et s’il y a un nom qui a bien marqué les esprits à cette époque, ce fut celui d’Al Capone, surnommé Scarface pour la cicatrice qu’il arborait sur une joue consécutivement à une dispute ayant pris place dans un bar, alors qu’il avait à peine 20 ans.

Mais Al Capone, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’est pas né à Chicago en 1899, mais à Brooklyn. Et oui, issu de parents italiens, c’est bel et bien à New York qu’il a fait ses gammes dans le banditisme. Le gamin n’a peur de rien, ni de personne dans la rue. Il se fait vite une petite réputation de mafieux à Big Apple et son réseau s’agrandit. C’est ainsi qu’il rencontre Johnny Torrio, le parrain de Chicago, qui lui propose de le suivre à Windy City pour multiplier ses opportunités.

Banco, Al saute dans le train tant qu’il est en marche et se rend vite compte que Torrio ne lui avait pas menti. La caractère sans foi ni loi d’Al Capone, mais aussi sa grande facilité à appuyer sur la détente lui font gravir les échelons à vitesse grand V. Il devient presque immédiatement le bras droit de Torrio, puis prend même sa place à la tête du gang le plus tristement connu des Etats-Unis, le Chicago Outfit.

Là, l’ampleur que prennent ses affaires mafieuses atteint une dimension jamais vue. Capone règne sur tous les quartiers Sud de la ville, et y fait exactement tout ce qu’il veut vu qu’il a corrompu la grande majorité des juges et des policiers. Sauf que vous l’imaginez, pour un gangster qui possède l’ambition de Capone, le Sud ne suffit pas. Il lui faut aussi le Nord, possédé par les Irlandais du North Side Gang (parmi lesquels un célèbre Bugs Moran). C’est alors à cette époque, le 14 février 1929, qu’a lieu le funeste massacre de la Saint-Valentin.

Ce soir-là, Capone et ses hommes (dont un certain Frank Nitti) n’y sont pas allés de main morte. Ils ont tout simplement ciblé les 7 membres les plus influents du North Side Gang pour les abattre froidement, un par un. Là, tout ce qui l’intéresse à Chicago est sous son contrôle : bars, cercles de jeux, discothèques, prostitution… Plus rien ne lui échappe.

Sans jamais être embêté par la police dont il est plus ou moins le patron officieux, Capone amasse ainsi des millions et des millions de dollars. La fortune qu’il a perçue dépasse même la centaine selon plusieurs estimations, une somme inimaginable pour un seul homme à cette époque.

Sauf que peu après, tout devient plus compliqué. Forcément quand tu agis comme tel avec tes congénères, beaucoup de gens veulent ta peau. Voilà pourquoi en 1931, quand il sent que ça commence à devenir chaud, il décide de se faire plus ou moins volontairement arrêter à Philadelphie. Al Capone lui-même craignait pour sa vie et il rendait compte qu’il serait bien plus en sécurité dans la prison de Philadelphie que n’importe où ailleurs. Puis au célèbre pénitencier d’Eastern State, il savait qu’il serait le roi vu qu’il connaissait tous les gardiens.
Cellule de luxe, draps de soie, des droits exceptionnels, le gangster était comme un coq en pâte le temps que les choses se calment.

Mais malheureusement pour lui, quand il ressort en 1933, ce n’est plus la même. La prohibition est terminée, son influence a chuté, et les juges ont désormais bien plus de moyens de se lever contre lui.

Des preuves de ses différents crimes sont trouvées et Capone est condamné à perpétuité, direction Alcatraz, le pénitencier de la baie de San Francisco, réputé comme le plus dur du pays. Mais là-bas, à la grande surprise de beaucoup, il se comporte en détenu modèle. Il n’en veut à personne, donne l’exemple et use de son charisme pour se mettre les matons dans la poche. Encore une fois, c’est très, très malin. Atteint de la tuberculose, il finit par bénéficier de la clémence des juges qui au bout de quelques années seulement, décident de le libérer.

Al Capone ira alors finir sa vie dans le luxe dans sa villa de Miami Beach, où il décédera d’une crise cardiaque à l’âge de 48 ans. Sa famille décide ensuite d’aller enterrer sa dépouille à Chicago car même si ce n’est ni l’endroit où il est né, ni l’endroit où il est mort, c’est bien à Windy City que son nom a atteint la légende.

Alors bien sûr, d’autres figures mafieuses ont marqué la ville, de George Bugs Morgan, l’Irlandais surnommé Le Branque à John Dillinger qui fit son œuvre dans le même temps qu’Al Capone.

Lui, plutôt que les trafics en tout genre, s’était spécialisé dans les braquages de banque sanglants. Mais lui n’avait pas l’influence de Tonton Al et très vite, il s’est retrouvé avec le FBI du célèbre détective Elliott Ness à ses trousses. Dillinger fut abattu à l’âge de 31 ans, d’une balle dans la tête tirée par un agent secret.

Tous ces évènements sont bien entendu devenus épiques dans l’histoire de la ville de Chicago, tout autant que celle des Etats-Unis, mais jamais personne n’obtint une aura aussi importante que celle de Capone.

Les œuvres littéraires ou cinématographiques dans lesquelles apparaissent son nom pullulent depuis sa mort. La série les Intouchables est d’ailleurs devenue culte en s’articulant autour de la traque que menait Ness pour attraper Capone.
En parallèle, les célèbres acteurs Paul Muni, Robert De Niro, ou encore Tom Hardy, ont tous incarné le bandit le plus célèbre du monde au cinéma.
Mais ça ne s’arrête pas là, même dans Tintin en Amérique, par Hergé, vous pourrez croiser Capone, c’est dire ! L’histoire du gangster est devenue culte. Et si, bien évidemment on ne peut pas cautionner les très, très nombreux crimes et assassinats qu’il a commis, il faut l’admettre : Al Capone, ce fils d’immigrés italiens, fait aujourd’hui partie des personnages incontournables de la légende des Etat-Unis.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *